13237693_10208334635037585_8350061042807036760_nVoici le retour de Pierre André qui a participé à la Jarlan’Duro de ce 22 mai 2016.

La Jarlan’Duro… ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais il y a de grandes chances qu’il fasse désormais partie des rendez-vous VTT qui comptent dans le 04 !
Dimanche 22 mai c’était l’incontournable Jarlandine, 16ème édition cette année ! Excusez du peu ! Un nouveau format a vu le jour pour 2016 : la Jarlan’Duro, parcours de 30 km comprenant 4 spéciales non chronométrées et des liaisons pour rejoindre les départs de ces portions à profil descendant.

 

J’avais déjà testé ce type de parcours à Gréoux-les-Bains à l’occasion de la Verdon des Collines : https://www.vtt.alpes-haute-provence.fr/verdon-des-collines-2015-pierre-y-etait/

Je ne me suis pas inscrit via les sites en ligne ou en renvoyant le bulletin idoine n’étant pas sûr à 100 % de pouvoir y participer l’avant-veille de l’épreuve ! Je me présente donc dimanche matin vers 8h20 au stand des inscriptions. Je remplis vite le formulaire et rejoins la file impressionnante de vététistes qui comme moi attendent de pouvoir payer et randonner.

001_file_attente-2

Finalement l’attente n’est pas si longue, les bénévoles du club ont été efficaces ! Je me retrouve avec ma plaque de cadre, un gobelet avec un nougat, un ticket de tombola et un bon repas pour 12 euros. Je fixe vite mon numéro sur le cintre… dernières vérif’ c’est parti !

Le départ contourne l’aire sportive, voici les premiers singles à travers un petit bois.

002_traversee_bois-2

Nous pédalons dans Saint-Auban, pour prendre de la hauteur il nous faut traverser la D4096, tout le monde s’arrête au feu rouge. Moment étonnant dans une randonnée VTT ! Les lacets serpentent lentement mais tranquillement, je suis un groupe de 3 personnes équipées enduro, je vais rester avec elles tout au long de la matinée. Première petite descente : virages appuyés, bosses aménagées, pifpaf entre les arbres, ça va vite ! En bas j’ai le sourire aux lèvres. Des randonneurs se demandent si c’était la première spéciale ! Petit moment d’égarement pour moi, « il faut suivre les banderoles blanches » me dit un type qui est également sur la Jarlan’Duro. Et de fait le balisage sera irréprochable tout au long des 30 et quelques kilomètres. Irréprochable vraiment ? Euh alors juste quelques conseils pour la prochaine fois en bas d’article. A la piste succèdent quelques passages en forêt et une portion goudronnée.

003_montee_route-2

Puis c’est le départ de la Spe 1 « Chris King ». Juste un petit mot sur les départs où un bénévole est présent et indique le contenu de la spéciale en question, des chicanes très bien aménagées forment comme des « portes », c’est vraiment agréable ce niveau d’organisation. J’avale rapidement cette section caractérisée par deux trois portions bien raides et des aller-retour d’un vallon à un autre où la technique en gardant « le flow » comme dit l’un des 3 acolytes que je suis depuis la première montée.

004_spe1-2

Nouvelle petite route désertique, le tracé nous fait enjamber l’autoroute A51 et se poursuit dans les collines des Bruyères.

005_a51-2

Cette montée se fait bien, elle n’est pas difficile car bien régulière sur une jolie piste.

007_piste_facile-2

De plus le paysage est splendide.

008_paysagesympas-2

Ce sera le plus gros dénivelé à avaler d’un coup de la journée. Derniers mètres avant le départ de la Spéciale n° 2, la « Jack’ Daniel » dont l’écriteau spécifie « attention descente technique ».

006_spe2-2

Les 3 vététistes enduro me rejoignent lorsque je m’élance non sans avoir pris quelques renseignements. Les 6 minutes sont un vrai régal de pilotage : de véritables tremplins aménagés me catapultent dans les airs, des passages serrés et bosselés font travailler l’équilibre et les trajectoires, de petites montées coupe-jambes me font dire que je perds du temps et qu’il va falloir envoyer dès que ça redescend.

009_pierre_spe2-2

Le superbe monotrace longe un ruisseau puis le traverse… freinage d’urgence, léger loupé dans le talus en face mais sans tomber ni même déclipser les cales ! La fin de la spe2 est signalée par un panneau comme pour le WRC, du grand art !

Nous voici sur la piste prise un peu plus tôt, là encore j’hésite un peu. Je monte puis redescends puis remonte ! Le tracé part à gauche et nous conduit au ravitaillement très copieux. Je prends quelques fruits, bois pas mal mais je ne m’attarde pas. Je m’impose de grimper à vélo la courte cote bien raide du départ, c’est réussi ! La suite m’amène au départ de la Spéciale n° 3.

010_spe3-2

Le départ est technique puisqu’il consiste en un enchaînement de petites marches avec un « S » bien raide. Une photographe est présente pour immortaliser le passage.

010bis_Pierre_sp3-2

Ces 2 km vont laisser des traces. Tout d’abord le tracé est technique, sentier monotrace étroit notamment dans les ravines avec un peu de hauteur. Rien de bien méchant mais il vaut mieux éviter quand même de passer à côté de la trace et se retrouver 4 ou 5 mètres plus bas ! J’alternerai du bon et du très mauvais. Je ne suis pas habitué à ce format « enduro » et je vais l’apprendre à mes dépends jusqu’à l’arrivée. Je gère mal mon effort, je ne suis pas autant concentré qu’il le faudrait. Pire je me fais une bonne frayeur en arrivant très vite sur une marche conséquente non signalée. Je tire un peu sur le guidon mais pas assez. La fourche se compresse au maximum, le pneu s’aplatit sur une racine qui dépassait en étouffant un bruit sourd, c’est passé mais à un poil de grenouille chauve !
Je calme le jeu et malgré tout je subis le terrain. Pourtant encore une fois le tracé est parfait, une merveille de spéciale tout en relance, avec des sections rapides, bosselées, lentes. C’est un régal. Arrivé en bas je suis un peu tendu. Ces 230 m de dénivelé négatif ont entamé mon organisme. Le chemin continue vers le départ de la dernière spéciale.

Une piste roulante permet de s’élever assez vite.

011_piste_roulante-2

La Jarlan’Duro est sur la partie la plus occidentale du circuit au « Pas des Boeufs ». Un raidillon que j’effectue à pieds après un premier coup de fatigue offre un splendide panorama.

012_robines-2

Puis un singletrack m’amène au départ de la dernière spéciale.

013_single_bosse-2

Intitulée « no brake no brain » :

014_depart_sp4-2

Je retrouve des têtes connues, des Dignois. Le bénévole du club nous explique comment se déroule la fin du parcours : environ 2,5 km de descente puis une dizaine pour revenir à Saint-Auban. Une dizaine de pilotes attend de pouvoir s’élancer. C’est mon tour ! Je n’ai pas retrouvé de bonnes conditions physiques mais je décide de ne pas me laisser abattre !
Là encore cette descente est vraiment un régal pour les plaquettes ! A plusieurs moments je lâche totalement les freins, je me fais vraiment plaisir. Mais le jus me manque et dans les remontées je suis largué. Le participant après moi me rattrape, je m’échappe à nouveau, il revient, je reprends un peu d’avance en me manquant deux fois mais sans bobo ! Dans une « robine-toboggan » je manque de sortir de la trace et en arrivant à mach2 sur une racine la roue avant rippe en rebondissant. Drôle d’effet ! Les derniers mètres sont somptueux puisqu’une marche permet de ne plus toucher le sol et de ratterrir en appui dans une courbe à droite. Très bonnes sensations !
Le retour jusqu’à la base sera difficile pour moi et j’ai du mal à comprendre pourquoi. Ou alors j’ai une multitude de raisons ! 🙂
Ces 10 km seront parcouru au ralenti. Pourtant ça va bien le premier kilomètre. J’aide même une personne qui a des crampes à repartir, son collègue voulant aller chercher le fourgon. Plus loin une grosse fatigue me fait poser le pied à terre. J’ai hyper chaud, je crains un début d’insolation, je prends mon mal en patience et finit la Jarlan’Duro tranquillement.

015_single_retour-2

A l’arrivée il y a du monde ! Je n’ai rien gagné à la tombola, pas grave. J’avale rapidement un coca bien frais et me dirige vers le stand du vélo supersonique !

016_supersonique-2

Il paraît que le record est à 270 km/h ! Celui qui essaye devant moi pédale comme un fou et arrive tout juste à 178 ! Je rejoins mon véhicule avec cette maxime dans la tête lue en arrivant sur le site le matin même : « La Jarlandine c’est 90 % de singles !! On y vient on s’en souvient et on y revient !!! » ! 😉

Un grand bravo à l’USCASA CYCLO VTT et à ses 100 bénévoles pour la qualité de la prestation !

PierreA.

bilan

Crédit photos Pierre Andre & Ghislain Du Garreau (un grand merci à lui) / Vidéo : Stéphane Euphrasie

Laisser un commentaire



Qui suis-je ?

Bonjour, je m'appelle Philou. Bienvenue dans les Alpes de Haute-Provence ! Vous avez dit VTT ? 4000 km d'itinéraires balisés, 3 Grandes Traversées VTT(c'est unique en France), 9 sites labellisés , des cartes & topos, des événements incontournables, des séjours , des hébergements dédiés ... ça vous parle ? moi si, d'où l'envie d'animer ce blog spécialement destiné à ceux qui, comme moi, aiment le VTT un peu, beaucoup mais jamais trop ! A bientôt sur nos sentiers ...