Mariaud et le Bois de la Julie

Mariaud et le Bois de la Julie

Vendredi 19 janvier 2018. Aujourd’hui c’est VTT ! En plus d’être dispo, SuperMat est motivé à rouler et ce, malgré une neige omniprésente autour de nous. Mieux, il me propose même de prendre un peu d’altitude et d’aller poser nos roues en Haute Bléone, sur les hauteurs du petit village de Prads. Nous disposons de quelques heures et d’une fenêtre météo plutôt propice. Objectif du jour : le chemin de l’instituteur (peut-être) et le Bois de la Julie (sûr). C’est parti ! 

 

La Haute-Bléone, c’est LE territoire-montagne du Pays Dignois, une vallée préservée où les hauts sommets (la tête de l’Estrop pour le plus célèbre d’entre eux) flirtent avec les 3.000 mètres d’altitude.

Ici, des histoires vieilles de 40 à 150 millions d’années se racontent. Entre ammonites et ichthyosaures, nous sommes au cœur de l’Unesco Géoparc de Haute-Provence.

Nous avons laissé le village de Prads derrière nous et nous sommes garés à proximité du lac des Eaux chaudes. Nous nous équipons et entamons notre montée, sur piste, en direction du hameau de Saume Longe

En chemin nous marquons un arrêt devant le panneau du Géoparc de Haute-Provence qui présente l’ancienne commune de Mariaud. Ce point marque aussi le départ de notre itinéraire retour par le Bois de la Julie.

Saume-Longe fait partie de l’ancienne commune de Mariaud, aujourd’hui partie intégrante du village de Prads avec lequel elle a fusionné en 1973. Mariaud, c’était alors quelques 5.000 hectares de montagne (et de haute montagne) dont le chef-lieu s’appelait Vière (ce qui veut dire village). C’est là que se trouvait l’église, la mairie, l’école. Mais pour l’heure, nous devons rejoindre Saume Longe sur une piste totalement enneigée …

Nous y voici ! De tous les hameaux environnants (Pie-Fourcha, L’Immérée, Vière) seul Saume-Longe est habité à l’année, avec 3 habitants quand même !! 😉  Et oui, la dureté du climat et l’absence de routes ont causé l’abandon progressif de cette jolie commune.

Nous voici au départ du “Chemin de l’Instituteur David Bayle“.

Ce sentier récemment réhabilité permet, en 3 heures de marche environ, de rejoindre Le Vernet, en passant à proximité du lieux du triste crash de l’A320 de la Germanwings. Aujourd’hui la neige est trop abondante, notamment sur les versants ubacs, pour s’y aventurer. Mais nous ne pouvons résister à faire une aller-retour sur les 1ers kilomètres …

Difficile en effet de résister à l’appel des robines. Ce sentier est juste une pépite à rouler, avec de somptueux passages en balcon !

C’est clair, avec SuperMat nous reviendrons au printemps. A regret nous devons faire demi-tour … Direction à présent le Bois de la Julie. Et nous n’avons pas fini d’en découdre avec la neige. C’est un long cheminement ascendant, majoritairement en portage, qui nous attend, tout ça avec 20 cm de neige sous les pieds. Nous voici enfin au point culminant. J’aime quand SuperMat a ce genre de sourire prometteur  … qui en dit long sur la suite  😉

Et comme d’hab, il avait bien raison de m’entrainer dans cette jolie galère, SuperMat. La descente qui suit, entre épingles et relances, tient toutes ses promesses. Mieux, au fur et à mesure la neige s’estompe, laissant place à davantage de pilotage engagé, c’est un régal ! (à tel point d’ailleurs qu’on en a oublié de faire des photos ! 😉 ).

Encore une belle découverte. Merci SuperMat. Ce coin est incroyable de beauté sauvage. Côté randos pédestre c’est un vrai paradis. Côté VTT, il y a 4 circuits balisés faciles, (idéal en VTTAE), soit 50 km de piste au départ de Prads pour des balades en forêt avec des points de vue imprenables sur la vallée et ses villages ainsi que le massif de l’Estrop.
Il y a aussi la barre de Meichira qui a été choisie pour accueillir une via ferrata bien sympa. Si vous aimez l’art contemporain, ne manquez pas l’oeuvre pour le moins originale du New Yorkais Richard Nonas au village de Vière. Bref, vous l’avez compris, il y a largement de quoi faire.

Envie d’y séjourner ? Entre gîtes ruraux, gîtes d’étapes, campings et chambres d’hôtes ce ne sont pas les hébergements qui manquent dans ce secteur. Tout est ici : www.dignelesbains-tourisme.com/se-loger. Perso, je vous conseille le Camping Mandala à Prads. Vous aurez le choix entre emplacements en bord de rivière, yourtes mongoles ou chalets écologiques et surtout vous profiterez de l’accueil incomparable d’Yvan et Nina 😉

Voici la trace de notre sortie :

A bientôt dans les Alpes de Haute-Provence ! Philippe

Mot(s) clé(s) associé(s):

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





  • Tweets